• Wendy

Nicolas W. - L'hypnose en 10 questions - (2017)

Depuis quelques années, cette technique thérapeutique plus que centenaire semble avoir le vent en poupe : multiplication des livres chez les éditeurs, des forums sur Internet, des conférences,… Tout se passe comme si les possibilités de l’hypnose étaient redécouvertes, tant par les thérapeutes, les psychologues et les médecins, que par le public ; .Voici donc, en dix questions-réponses, l’essentiel de cette pratique qui semble mettre en jeu les capacités les plus étranges de notre cerveau.


1. Qu’est-ce que l’hypnose ? Tous les spécialistes ont leur propre définition et aucune théorie ne fait autorité. Le phénomène hypnotique est si complexe que les praticiens disent volontiers qu’il y a, non pas une, mais plusieurs hypnoses. Seule certitude : ce n’est pas un état de sommeil, mais un état modifié de conscience (EMC), comme le rêve, la transe, la relaxation, la méditation… La « transe hypnotique » correspond à une modification de la vigilance normale – celle qui nous permet de raisonner et de vivre au quotidien. Mais elle a ses caractéristiques : dans un environnement monotone où rien ne se passe, où les stimuli sont peu intenses, notre cerveau est en « manque » d’informations. Il se met alors à en produire lui-même en puisant des images dans notre inconscient. En quelque sorte, on « rêve » tout en restant conscient. En outre, contrairement à l’état de vigilance normale, où l’attention embrasse de nombreux centres d’intérêt en même temps et passe rapidement de l’un à l’autre, elle est concentrée, en hypnose, sur un sujet beaucoup plus restreint. C’est ainsi que, peu à peu, la personne hypnotisée oublie la réalité extérieure pour entrer dans une réalité intérieure, mais qu’elle vivra comme extérieure. Seule exception : la voix de l’hypnotiseur continue d’être entendue. Ses mots deviennent un stimulus très particulier qui augmente le pouvoir de la suggestion. Celle-ci provoque alors des changements psychologiques ou physiologiques inhabituels. Pourquoi ? Comment ? Cela est encore à ce jour un mystère…


2. A-t-elle été prouvée scientifiquement ? Ses effets, oui. De nombreuses études ont montré qu’une suggestion hypnotique entraîne des réponses neuronales. Exemple, celle menée en 1997 par le Pr Stephen Kosslyn, du département de neurologie du Massachusetts General Hospital de Boston : il a présenté à un groupe de seize personnes une palette de couleurs échelonnées et une palette de dégradés de gris. Les réactions de leur cerveau étaient enregistrées par un tomographe à émission de positrons. Lorsque, sous hypnose, on demandait à chacune de ces personnes de « voir » en couleurs la palette de gris, c’était l’aire occipito-pariétale, l’une des zones de reconnaissance des couleurs, qui était activée : le cerveau avait donc réagi comme s’il voyait de la couleur à la place du gris, ce que demandait la suggestion. L’état hypnotique est maintenant connu, décrit et donc attesté à la fois en psychologie (théorie de la dissociation psychique et des dynamiques relationnelles) et en neurosciences (activations neurologiques particulières au niveau central). Pour être très synthétique nous pouvons décrire l’état hypnotique comme étant à la fois l’activation des circuits attentionnels et des circuits de détente chez un individu. Ajoutons que L’hypnose est la situation où la personne en état hypnotique peut percevoir autrement sa réalité et ainsi modifier la façon dont il la perçoit et la vit. Ces derniers aspects là aussi donnent lieu à des éléments de preuve formels notamment en anthropologie et là aussi en psychologie


3. Comment se passe une séance ? « Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un hypnothérapeute, l’hypnose est déclenchée de manière progressive. Une séance dure environ 45 minutes. Confortablement installé, le patient ferme les yeux ou fixe un point précis dans la pièce. Assis sur une chaise à côté de lui, le thérapeute l’invite à se détendre. C’est la phase de « préinduction ». La voix du thérapeute vous accompagne douce et rassurante. Il propose au patient de se concentrer sur certaines zones du corps, ou sur un souvenir : c’est la phase d’« induction », qui lui permet de fixer son attention sur lui-même. Une relaxation peut s’installer. Le thérapeute vérifie l’état de la personne grâce à l'observation de signaux idiomoteurs. Ensuite, le thérapeute répète des suggestions, directes (« Votre douleur au bras disparaît ») ou indirectes (« Vous êtes dans un endroit agréable »). A la fin de la séance, le patient se réveille en douceur au terme d’un compte à rebours, ou d'une douce remontée, pour retrouver le contrôle de ses muscles et revenir à la réalité sans sensation de malaise. Puis, patient et praticien commentent la séance. Exemple : un homme vivant mal l’approche de la retraite a retrouvé sous hypnose le souvenir d’autres changements (entrée à l’école primaire ou secondaire, à l’université, mariage, enfants, etc.). Avec le thérapeute, il va analyser ses résistances, mais aussi les bénéfices de ces changements pour construire un « scénario idéal » qui lui permettra d’effectuer une transformation intérieure positive.


4. Quelles sont les différentes techniques d’hypnose ? On distingue quatre catégories. Traditionnelle : L’hypnotiseur joue un rôle de premier plan – c’est lui qui dirige la séance. Il prononce des suggestions « directes » (appelées « injonctions »), tandis que le patient reste passif. Semi-traditionnelle : L’hypnotiseur, toujours au premier plan, émet à la fois des suggestions « directes » et « indirectes ». Nouvelle : L’accent est mis sur la personne et sur sa relation avec son thérapeute, par des échanges, une communication. Ericksonienne : Le patient participe à sa mise en condition hypnotique. Le thérapeute utilise des métaphores pour que l’inconscient du sujet choisisse lui-même les solutions de ses problèmes. Je travaille avec les techniques d'hypnose ericksonnienne et nouvelle.


5. Tout le monde est-il hypnotisable ? Selon l’échelle de « suggestibilité hypnotique » mise au point par l’université de Stamford, 5 % d’entre nous sont réfractaires à l’hypnose. Mais on ignore toujours pourquoi : il n’y a, à ce jour, aucune corrélation démontrée entre la structure de la personnalité et la suggestibilité. Une chose est sûre, il s'agit d'un entraînement, plus on pratique, mieux on entre en transe. Votre praticien est là pour trouver les mots, les images et le contexte qui vous permettra de vivre cette aventure intérieure. C'est une étroite collaboration.


6. Quels sont ses effets thérapeutiques ? En France, plus d’un millier de praticiens ont recours à l’hypnose. Dans certains cas, elle constitue le traitement lui-même, dans d’autres, elle facilite l’action d'un médecin. Quelques exemples d'indications : - L’arrêt du tabac : 80 % de taux de réussite. L’hypnose aide aussi à lutter contre les effets du sevrage - L’excès de poids et la boulimie : elle exerce un bon rôle de soutien psychologique dans les cures d’amaigrissement. - Lutte contre la douleur : elle ne remplace pas l’anesthésie, mais peut la compléter et permettre de diminuer les doses de médicaments. Elle est aussi de plus en plus utilisée en chirurgie dentaire. - Les troubles psychologiques : stress, phobies, névroses, anxiété, déprime, gestion des émotions mais aussi problèmes de trac, de mémoire, d'apprentissage etc. - Les troubles digestifs : ulcères, colites ou diarrhées dus au stress. - Les maladies psychosomatiques : maladies de la peau (eczéma, psoriasis, etc.), spasmophilie, rhinites à répétition, troubles de la voix et du chant, asthme. Ça ne marche pas pour… - La plupart des troubles psychiatriques graves, comme les dépressions aiguës, la schizophrénie. - Le sevrage des drogues dures. - Les maladies chroniques graves, telles que le cancer.


7. Retrouver des souvenirs grâce à l’hypnose ? On l’a cru pendant longtemps, ce qui a fait les beaux jours de certains films fantastiques et de romans ! Les choses sont en fait plus complexes, car la mémoire ne fonctionne pas comme un disque dur d’ordinateur qui enregistrerait des données, comme on l’a cru jusqu’il y a ces dernières années. La mémoire est un processus dynamique chez tout le monde, et nos souvenirs sont retravaillés, modifiés, quasiment à chaque remémoration. Aussi, ce que l’hypnose permet de retrouver ne sont pas des souvenirs, mais la représentation qu’une personne a d’un événement de sa vie. Par exemple, si on demande à une personne en hypnose de revivre sa dernière ballade en vélo, il ne la revivra pas réellement, mais revivra en fait la représentation qu’il se fait de ce moment.


8. Peut-on s’hypnotiser soi-même ? Oui. En fait, les professionnels affirment aujourd’hui que toute hypnose est une autohypnose, le véritable pouvoir de transformation ou de guérison se trouvant dans l’esprit de la personne hypnotisée, et non dans celui de l’hypnotiseur. Il est donc tout à fait possible de s’auto-hypnotiser, mais ce n’est pas un exercice facile. Des guides pratiques et des cassettes audio pourront vous y aider. Dans un premier temps, le plus important est de mettre au point un «rituel» qui va amorcer le processus d’induction (séance tous les jours à la même heure, au même endroit, avec le même type de vêtements, etc.) ; ensuite, d’apprendre à se relaxer. Vous pouvez aussi enregistrer vos propres messages.


9. Peut-il se produire des accidents ? Non. On se « réveille » toujours, quoi qu’il arrive. D’abord parce qu’on ne dort pas ! Ensuite parce que, si aucune suggestion ne l’entretient, le fonctionnement hypnotique se dissipe de lui-même. Quant à la prétendue influence négative de certains hypnotiseurs, entretenue par le cinéma, elle relève de la légende : aucun hypnotiseur ne peut vous forcer à faire quelque chose qui va à l’encontre de vos valeurs morales. L’hypnose n’est pas un lavage de cerveau ! On ne révèle pas ses secrets les plus intimes si on ne le désire pas… Toutefois, pour éviter les charlatans, adressez-vous à l’une des associations reconnues officiellement pour choisir votre hypnothérapeute.


10. Stress Pourquoi l’hypnose est-elle aussi efficace ? « La gestion du stress est l’une des applications les plus demandées, avec l’antitabac et l’amaigrissement. On le sait, le stress peut engendrer de l’anxiété, des insomnies, et parfois des états dépressifs accompagnés de troubles somatiques. L’hypnose est beaucoup plus efficace que d’autres techniques – comme la “relaxation simple” –, d’abord parce que son effet relaxant, renforcé par la voix et la présence rassurante de l’hypnothérapeute, diminue très rapidement l’impact des agents stressants, quelle qu’en soit l’origine. Ensuite parce qu’elle permet au patient en état hypnotique de lever lui-même ses inhibitions. Par exemple, une jeune femme était tétanisée à l’approche d’un entretien d’embauche important et n’en dormait plus, alors qu’elle savait avoir toutes les chances d’obtenir le poste. En hypnose, elle a “revécu” un précédent entretien où elle avait triché sur son CV et avait été découverte… Nous avons alors ensemble évalué sa peur, et trouvé son seuil adéquat de stimulation/excitation de “bon stress” afin qu’elle puisse considérer cet entretien comme un rite de passage, et non comme un jugement final. »

Albert Gobat 1 - Crémines - Suisse

wendy.nicolas@activtherapie.com

 

Tel: 077 524 61 16

Consultation sur rendez-vous.

 

  • Black Facebook Icon
  • Black Google+ Icon

© 2017 par Wendy Nicolas. Création avec Wix.com